Album – À l’école des grands

à l école des grands

 

 

 

 

 

 

BERGERON, Alain M. À l’école, les grands ! Montréal : Éditions Imagine, 2012.

Genre : album jeunesse
Clientèle suggérée : préscolaire et première année du primaire

Résumé de l’éditeur

Ce matin mon papa est nerveux… Il n’est pas encore prêt.  Ses cheveux ne sont pas brossés, ses dents non plus.  Il n’arrive pas à décider comment s’habiller. Je commence à m’impatienter.  « Nous allons être en retard pour TA première journée d’école, papa ! » Aujourd’hui, c’est un grand moment.  C’est la rentrée des classes… pour les grands !

Appréciation 

Le titre est très accrocheur.  Le fait d’inverser le rôle du parent avec celui de l’enfant dans cette histoire de rentrée scolaire permet aux enfants de prendre une distance face à cette transition importante pour eux.  Le côté très ludique de cette histoire permet de voir les peurs d’un autre œil.  Les solutions proposées pour y faire face sont très simples pour les élèves et facilement applicables.

Pistes d’exploitation 

La lecture à haute voix de cet album pourrait viser différents objectifs dont le développement des fonctions exécutives chez les élèves.

Au début de l’histoire, le papa n’arrive pas à prendre une décision et à rendre à terme ce qu’il entreprend. On observe aussi ce genre de comportement chez les enfants qui présentent des difficultés d’activation.  Pour faire réfléchir les élèves, l’enseignant pourrait les questionner sur la difficulté à faire des choix. Par exemple :

  • Est-ce qu’il t’arrive d’avoir de la difficulté à commencer quelque chose ?
  • Est-ce qu’il t’arrive de commencer quelque chose et de ne pas le terminer ?

Devant les réponses affirmatives, il est important de normaliser ce comportement chez les enfants de cet âge, car les fonctions exécutives n’arrivent à maturité qu’à l’âge de 25 ans et elles commencent à être plus efficaces uniquement à partir de 5 ans.

Avant de poursuivre la lecture, profiter des échanges pour consolider la force du groupe dans le but de trouver des solutions communes.  Par exemple :

  • Est-ce que vous avez des idées pour aider le papa à faire des choix ?
  • Quand cela vous est arrivé, quelles ont été vos solutions ?
  • Si cela vous arrive en classe, ces solutions s’appliquent-elles aussi ?

L’enseignant pourrait conserver des traces de la discussion et des pistes de solutions envisagées, les afficher pour y faire référence dans d’autres occasions.

La poursuite de la lecture pourrait aussi amener une discussion autour de la régulation émotionnelle. Par exemple :

  • Quelles émotions le papa a-t-il vécues ? Pouvez-vous les nommer ?
  • Est-ce qu’il vous arrive de vivre les mêmes émotions que lui ? Dans quelles situations ?

Encore une fois, il est important de normaliser les émotions et leurs manifestations car elles jouent un rôle important dans le développement de la personnalité de tout individu. Elles permettent aux enfants de se définir, de se dépasser et de vivre des expériences qui leur permettront de faire de bons choix.

La régulation émotionnelle a un impact sur l’ensemble des fonctions exécutives. Les élèves doivent donc s’exercer à mieux contrôler et gérer leurs émotions. Ils doivent comprendre que ce sont eux les entraineurs et que l’entrainement passera par le discours interne. Par exemple :

  • Qu’est-ce qu’on peut se dire ou faire quand on a peur ? Quand on est excité ? Quand on est content ? Etc.

Comme cette histoire fera partie de la vie de la classe, je vous invite à l’utiliser dans vos interventions, par exemple « Je pense que tu agis comme le papa dans notre histoire ! » Cette stratégie permet à l’élève de faire des liens avec ses expériences antérieures. Son cerveau s’active plus rapidement et il trouve ainsi plus facilement le chemin des solutions.

Veuillez noter que ce livre est disponible à la Médiathèque maskoutaine.

– Christine Hébert, psychoéducatrice

3 réflexions sur « Album – À l’école des grands »

  1. Bonjour!

    Est-ce possible de réserver et d’emprunter ce livre à la CS?

    L’exploitation proposée m’intéresse.

    Merci

    Lyne Frégeau
    enseignante 1ère année, école St-Thomas-d’Aquin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *