Album – Collation d’hiver

Collation_hiver.indd

Dufresne, Rhéa. 2014. Collation d’hiver. Éditions Les 400 coups, Montréal, 24 p.

Genre : album
Clientèle suggérée :  Préscolaire et 1re année du 1er cycle, jeunes élèves immigrants

Résumé de l’éditeur

Écureuil se lève un matin et découvre un paysage tout blanc. Le quartier a radicalement changé pendant la nuit. Les arbres et les voitures sont recouverts d’une épaisse couche blanche. Mais qu’est-ce que c’est? se demande l’écureuil. Et surtout, comment trouver son repas quand tout est enseveli ? Avec l’aide de quelques amis, l’écureuil découvrira les surprises de l’hiver.

Appréciation

Ce sont d’abord les illustrations de Philippe Béha qui ont attiré mon attention sur ce livre. J’ai tout de suite ressenti mon affection habituelle pour son utilisation du trait noir servant à délimiter le contour des divers éléments, pour la prédominance du nez et pour la grandeur des yeux des personnages. J’ai aussitôt fait un lien avec les illustrations de certaines œuvres connues comme Le roi bougon de Philippe Béha lui-même, la série des Alexis de Dominique Demers, Le meilleur endroit et Le meilleur moment d’Andrée Poulin.

Ensuite, c’est aux jeunes élèves, amants des animaux, que j’ai pensé en lisant le récit. En effet, cet album serait une belle occasion d’aborder le concept d’hibernation et la discussion pourrait être le déclencheur d’une recherche fort intéressante, comme le suggèrent les premières pistes d’exploitation ci-dessous.

Finalement, je recommanderais la lecture de ce livre aux jeunes élèves immigrants qui en sont à leurs premiers hivers québécois. En effet, par l’entremise du personnage de l’écureuil qui ne ménage pas ses commentaires à propos de cette saison, il est possible de relever quelques caractéristiques de l’hiver qui font le bonheur des uns et le malheur des autres!

Pistes d’exploitation :

  • Traiter du concept d’hibernation avec les élèves ; faire la différence avec le concept d’hivernation.
  • Faire une recherche afin d’en apprendre plus sur les animaux qui hibernent ; en dresser la liste. Vérifier si tous les animaux de l’histoire poursuivent réellement leurs activités l’hiver.
  • Associer les commentaires de l’écureuil quant à l’hiver avec les 5 sens (silencieux : ouÏe, froid : toucher, blanc : vue, etc.)
  • Poser quelques questions favorisant la compréhension des élèves :
    • Quelle est la différence entre l’opinion de l’écureuil au début et à la fin de l’histoire ? Qu’est-ce qui a déclenché ce changement d’attitude ?
    • Que signifie la phrase « Bien vite, le biscuit passe des pattes à la bouche. » ?
    • Qu’y a-t-il à comprendre dans le passage suivant : « Il y a de la neige même dans les mangeoires des oiseaux! Et moi, j’ai trop faim! »
    • De qui parle-t-on lorsqu’il est écrit « le petit rongeur »? « l’énorme géant tout blanc »?
  • Poser une question favorisant l’interprétation chez les élèves :
    • À la fin du récit, pourquoi l’écureuil dit-il : « J’ai hâte à demain ! Ce sera vraiment un bel hiver ! » ?
  • Pour les jeunes élèves immigrants, relever le vocabulaire, les caractéristiques et les éléments culturels associés à la saison hivernale : neige, blanc, glace, froid, silence, bonhomme de neige, attraper la neige avec la langue, etc.

-Julie Bessette, conseillère pédagogique de français, CSSH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *