Album – Grand-mère, elle et moi

Grand-mère, elle et moi

Nadon, Yves. Ill Manon Gauthier. 2014. Grand-mère, elle et moi. Montréal : Les 400 coups.

Commentaire descriptif (selon Livres ouverts)

Une femme se souvient des liens forts qui existaient entre elle, sa grand-mère et une jument. Elle se rappelle les impressions très fortes de puissance et de beauté que le cheval, nommé Cadence, lui avait laissées lorsqu’elle était encore une enfant. Elle se remémore aussi la première fois qu’elle a monté Cadence, ainsi que les moments très spéciaux que tous les trois ont partagés au fil des ans. Puis, la narratrice évoque la mort de sa grand-mère, événement à la suite duquel Cadence, sa jument, a été donnée. Malgré les années qui ont passé, la fillette devenue maman n’a jamais perdu espoir de revoir un jour Cadence afin de présenter la jument à ceux qu’elle aime. La complicité et l’amour sont au cœur de ce récit où se succèdent les souvenirs d’enfance de la narratrice. Tendresse et nostalgie se dégagent de la narration qui suit les chemins d’un bonheur remémoré. Usant de répétitions et parfois de mots plus recherchés, le texte est accompagné d’illustrations exploitant plusieurs techniques, principalement le collage et le dessin. Les couleurs sobres des illustrations et leurs compositions aérées appuient le caractère nostalgique du texte.

Ce qu’en dit l’auteur lui-même

Dans une entrevue qu’Yves Nadon a accordée à une journaliste, il raconte que l’histoire et les événements qu’il relate dans son livre sont inspirés d’un épisode de sa propre vie. Il a eu une jument nommée Cadence à laquelle il était particulièrement attaché. L’état de santé de son animal se détériorant, il a dû avec grande tristesse, s’en départir. La petite-fille d’Yves Nadon a bien connu cette magnifique jument. Et comme il le relate dans l’entrevue : « C’est en imaginant le récit raconté par sa petite-fille, une fois celle-ci devenue grande, qu’il a trouvé son filon. Et tout s’est mis en place. »

Propositions de pistes d’exploitation de ce livre dans les classes de 2e, 3e ou 4e année

  •  Mises en réseau
    •  Sur le thème des relations grands-mères/enfants
      • Une recherche sur le site Livres ouverts a permis de créer une liste d’œuvres écrites sous le thème des relations entre grands-mères et enfants. Les auteurs de ces récits présentent ce thème parfois à travers une atmosphère humoristique ou fantaisiste, parfois en accordant à ce thème une portée plus psychologique.
      • Voici le lien pour accéder à cette liste : http://www.livresouverts.qc.ca/index.php?p=il&lo=19883&print=1
    • À partir d’œuvres illustrées par Manon Gauthier
      • Le texte d’Yves Nadon a été formidablement mis en valeur par le travail de Manon Gauthier. Les images de cette illustratrice sont tout à fait particulières. Elle utilise un procédé qui met en valeur différents collages de feuilles translucides ou charbonneuses. Ses tracés à la mine et au fusain accompagnés et rehaussés de quelques détails au crayon de couleur sont caractéristiques de son œuvre. Il serait ainsi intéressant de faire observer, à travers les œuvres qu’elle a illustrées, l’apport de ses créations sur le récit.
      • Voici un lien donnant accès à certaines d’entre elles : http://www.livresouverts.qc.ca/index.php?p=il&lo=42040&print=1
      • Bien entendu, en arts plastiques, les procédés artistiques de l’illustratrice pourraient ici inspirer des créations à proposer aux élèves.

Autres suggestions d’exploitation suite à la lecture à haute voix de l’œuvre

L’atmosphère créée par cette lecture pourrait inspirer plusieurs situations d’écriture. Par exemple, proposer d’écrire une lettre à l’un de ses grands-parents pour lui exprimer son affection et son amour pourrait s’avérer tout à fait pertinent.

Lors des conférences qu’il offre aux enseignants lors d’ateliers d’écriture, Yves Nadon (auteur, enseignant retraité et chargé de cours en formation des maîtres à l’université)  propose diverses pistes pour stimuler l’inspiration et susciter l’intérêt des élèves à bonifier leurs propres textes. Il suggère notamment d’utiliser des « livres mentors ». Suite à la lecture d’un album, il suggère de demander aux élèves « Qu’est-ce qu’on peut apprendre de cet auteur pour rendre nos textes plus intéressants ? » Dans cette perspective, voici quelques procédés littéraires utilisés par l’auteur qu’il serait opportun de faire observer par les élèves suite à la lecture à haute voix de l’album : Grand-mère elle et moi.

 

  • Inspiration d’une métaphore

Tirer du texte cette phrase ainsi formulée et discuter de l’effet qu’elle suscite chez le lecteur.  La faire observer de nouveau en se demandant dans quel autre contexte et pour quel autre personnage on pourrait utiliser :

Elle était si grande que, souvent, j’avais l’impression qu’elle touchait les nuages.

S’inspirer ensuite de la forme de cette phrase écrite par l’auteur pour en faire imaginer d’autres pour décrire un personnage de son choix.

Ex. :

Elle était si petite que, souvent, j’avais l’impression qu’elle passait sous les voitures.

Il était si gourmand que souvent, j’avais l’impression qu’il dévorait même ses livres.

 

  • Emprunt à un conte classique

Faire observer un passage du texte où l’auteur emprunte le style d’une séquence du conte du Petit Chaperon rouge. Faire imaginer un nouveau contexte et demander aux élèves de se référer à ce dialogue pour en créer un nouveau.

Pourquoi avez-vous de si grandes jambes belle jument de grand-mère ?

C’EST POUR T’AMENER LOIN, MON ENFANT.

Pourquoi avez-vous de si beaux yeux,  belle jument de grand-mère ?

C’EST POUR MIEUX TE VOIR, MA PETITE.

Pourquoi avez-vous de si grandes oreilles,  belle jument de grand-mère ?

C’EST POUR MIEUX ENTENDRE TA DOUCE VOIX, MA GRANDE.

 

  • Recours à une phrase contenant un verbe non conjugué

 Faire discuter de l’effet de cette phrase de l’album et imaginer d’autres contextes d’utilisation de ce procédé. Aussi, faire revoir un texte en cours de rédaction et y faire ajouter une phrase de ce genre.

 DIFFICILE D’IMAGINER QUELQUE CHOSE DE PLUS BEAU QUE ÇA.

Bonne exploration de cette fabuleuse œuvre qui pourrait devenir pour vous un « livre mentor » !

– Pierrette Proulx,  conseillère pédagogique de français au primaire, CSSH

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *