Album – Paf ! Boum ! Bing !

Paf ! Boum ! Bing !

Beau, Sandrine. 2014. Paf ! Boum ! Bing ! Éditions Limonade, 28 p.

Genre : album
Clientèle suggérée : préscolaire et premier cycle du primaire

Résumé de l’éditeur 

Petite Marmotte rend visite à son cousin blessé Hector le Castor. Il a été renversé par un vélo, puis une voiture, puis un bus, puis un char romain…

Heu… N’en fait-il pas trop ?

 

Appréciation

Cette histoire m’a vraiment séduite. Le récit est très court, mais, au moment où j’ai cru deviner la fin de cette rocambolesque histoire, au moment où je m’attendais à ce que les propos soient démentis par Hector, la fin de l’histoire est arrivée en rendant toute cette mésaventure plausible. J’ai été surprise, j’ai ri, puis, j’ai relu ce tout petit album qui m’a fait passer un si bon moment.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Petite Marmotte. Au début du récit, elle sympathise totalement avec son cousin. Puis, à un certain moment, j’ai senti que la mésaventure n’était plus crédible à ses yeux et j’ai, encore une fois, ri. L’illustratrice, Ariane Delrieu, s’y est magnifiquement bien prise pour illustrer le désarroi et le scepticisme de la marmotte. Les illustrations sont assez simples, mais très efficaces. Quelle tête elle fait !

Maintenant, je n’ai qu’une envie : lire les autres titres de la collection !

Pistes d’exploitation :

  • Faire une lecture interactive en utilisant ce livre.
    • Avant de lire la dernière page, faire une pause et demander aux élèves d’anticiper la fin de l’histoire.
    • Analyser le comportement de Petite Marmotte. Relever à partir de quel moment la marmotte a des doutes sur les dires de son cousin. Pourquoi a-t-elle des doutes ?
    • Demander aux élèves si Hector le Castor disait finalement la vérité. Leur demander de justifier leur réponse.
  • Lire les autres livres de la collection Quelle pagaille ! et relever les éléments communs (les animaux comme personnages, l’humour du texte, la fin surprenante, le format du livre, etc.)
  • Connaitre ce qu’est une rime et une onomatopée. Relever, dans le texte, ces éléments littéraires qui constituent des jeux de sonorités (réf. : PFÉQ, p. 88 et Progression des apprentissages, p.70 et 79).
  • Faire remarquer aux élèves le rôle des points d’exclamation et d’interrogation dans le texte et leur impact sur, notamment, la lecture à voix haute.

– Julie Bessette, conseillère pédagogique de français, CSSH

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *