Albums – Le mouton farceur et Le dindon de la farce

mouton_farceur

SOMMERSET, Mark. Le mouton farceur. Toulouse : Milan, 2014. 32 pages.
SOMMERSET, Mark. Le dindon de la farce. Toulouse : Milan, 2014. 32 pages.

Genre : album jeunesse
Clientèle suggérée : premier et deuxième cycles du primaire

Résumé de l’éditeur

Dans Le Mouton farceur, Petit Bêê, un jeune mouton flegmatique et moqueur, chasse son ennui en profitant de la faiblesse d’esprit de Dindon Dingo. Il parvient à lui faire croire, après moult échanges aussi inutiles qu’hilarants, que les crottes de mouton ici présentes sont en réalité des pastilles à malice qui rendent plus futé. Le stupide dindon gobe alors toutes les pastilles avant de se rendre compte avec horreur de son erreur, recrachant le tout sans retenue. Le mouton, fier de son tour, ne peut alors s’empêcher de commenter : « Tu vois, tu commences déjà à être plus malin! ».

Dans le deuxième opus, Le Dindon de la farce, c’est cette fois le dindon bêta, bien décidé à prendre sa revanche, qui tente de jouer un tour au mouton farceur en lui proposant un verre de citronnade bien fraiche… qui ressemble à s’y méprendre à du pipi! Bien entendu, notre mouton malin flaire la supercherie, retourne la situation en sa faveur et persuade Dindon Dingo de boire lui-même sa drôle de citronnade.

Appréciation 

Fous rires garantis pour les jeunes lecteurs! Le texte, presque exclusivement un dialogue entre les deux personnages, est simple et amusant. Les illustrations relèvent l’humour du texte et lui suggèrent une intonation grâce aux mimiques hilarantes des personnages. Dingo Dindon transpire la naïveté!

En classe, une lecture en dyade permettrait aux élèves de mettre ce texte en valeur, en incarnant chacun un personnage. Après quelques relectures, les dyades pourraient s’écouter lire entre elles et se proposer des ajustements quant à l’intonation à prendre, en tenant compte de la ponctuation, du contexte et des illustrations. Ces échanges autour du texte permettront aux élèves d’affiner ou d’ajuster leur compréhension du texte. Il peut être pertinent de comparer les intonations convenues par les dyades à celles d’un libraire de la librairie m’lire : https://www.youtube.com/watch?v=rbjM3P9G6xQ.

À la suite des lectures, les élèves pourraient effectuer quelques tâches dans leur carnet de lecture, telles que :

  • Identifier les caractéristiques de leur personnage favori (aspect physique et traits de caractère)
  • Dire en quoi ils peuvent s’identifier ou non à ce personnage (ex. : par les traits de caractère, le comportement)
  • Faire des liens avec d’autres œuvres immondes! Par exemple, De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête (Werner Holzwarth), Cacas et compagnie (Angèle Delaunois), Le grand voyage de monsieur Caca (Angèle Delaunois), Le nouveau voyage de monsieur Caca (Angèle Delaunois), Le livre du caca (Nicola Davies), La science du caca (Frédéric Marais).

En groupe, un travail autour de l’expression « le dindon de la farce » pourrait être effectué. Avec les élèves, trouver une explication qui permette de comprendre l’expression et d’expliquer en quoi il s’agit d’un bon titre pour l’album. Les élèves pourraient aussi être invités à trouver d’autres contextes où l’expression serait pertinemment réutilisée.

Pour reprendre l’expression de l’éditeur… ces livres constituent réellement une farce cacastrophique!

– Anne-Marie Breton, conseillère pédagogique de français au primaire, CSSH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *