Documentaire – Pouceux : 60 récits de bord de route

Pouceux

Mercier, Hélène et Philippe Marois. 2014. Pouceux : 60 récits de bord de route. Les éditions Cardinal.

Genre : Documentaire – récits de voyage
Clientèle suggérée : 2e cycle du secondaire

Résumé de l’éditeur 

Partez en autostop aux quatre coins du monde avec ce recueil de récits colligé par les journalistes Hélène Mercier et Philippe Marois.

Découvrez les textes de Michel Barrette, Bernard Landry, François Pérusse, Patrick Lagacé, Pierre Brassard, Georges-Hébert Germain, Marie-Claude Savard, Edith Cochrane, Louise Harel, Micheline Lanctôt, Philippe Desrosiers, Annie-Soleil Proteau, Anne-Élisabeth Bossé, Ian Kelly, David Marin, et les meilleurs récits choisis parmi les centaines proposés.

Tant du point de vue du passager que du conducteur, le livre entraîne le lecteur dans un voyage au fil de courtes histoires qui nous transportent à travers les pays et les époques, peignant du même coup un paysage coloré de ce qu’est le pouce, ce mythique moyen de voyager, synonyme d’aventure et de liberté.

Appréciation 

Cette compilation d’histoires vraies se lit comme un recueil de nouvelles. Comme les chapitres ne semblent pas être divisés en sous-catégories, on ne sait jamais à quoi s’attendre. En fait, on se retrouve à la place de l’auteur et on se demande si tout ça va bien se terminer. Les histoires présentées sont racontées autant du point de vue du passager que celui du conducteur. On y retrouve des récits d’amour et d’amitié, des situations loufoques et angoissantes. Il nous fait faire un voyage dans le temps et dans l’espace, en nous amenant au fin fond du Québec, en Iran et en Nouvelle-Zélande, et en nous ramenant dans les années 60. Ce sont avant tout des histoires à propos de rencontres inoubliables, d’aventures et de liberté, qui ont fait vivre aux auteurs parfois le plus beau ou le pire moment de leur vie.

Les histoires véhiculent différentes morales. Au fil des récits, on réalise que la prise de risque n’est pas la même pour tout le monde. De nombreuses discussions peuvent être tirées de ces récits. Aurions-nous recouru au pouce dans cette situation? Aurions-nous réagi de la même manière face à cet individu?

J’ai eu un coup de cœur pour les textes de Michel Barrette, de Jean-Serge Baribeau et d’Édith Cochrane. Michel Barrette, alors âgé de 17 ans, qui se rend à Old Orchard avec 6$ dans ses poches afin de surprendre sa blonde de l’époque. Une mère de famille voulant à tout prix se rendre à la collation des grades de son fils, et ce malgré le bris mécanique de sa voiture. Et tant d’autres histoires à découvrir!

– Mélina Doyon, bibliothécaire au secondaire, CSSH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *