Roman ado – Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre

ce qu

Sepetys, Ruta. Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre. Traduit de l’américain par Bee Formentelli. Gallimard jeunesse,©2011. Coll. Scripto, 423 p.

Genre : Roman historique

Clientèle suggérée : troisième secondaire 

 

Résumé

«Une nuit de juin 1941, la police secrète soviétique emmène de force Lina, son jeune frère et sa mère. Entassés dans un train avec des milliers d’autres Lituaniens jugés « anti-soviétiques », ils sont déportés vers la Sibérie. L’insupportable voyage dans les wagons pour animaux les conduit dans un camp de travail forcé. Coupés du monde, affamés, frigorifiés, violentés et humiliés, Lina et les siens travaillent dans la terreur. En cachette, l’adolescente exprime par ses dessins la lutte des prisonniers pour l’espoir. Ce roman très prenant aborde le sort méconnu des peuples baltes à la suite de leur annexion à l’Union soviétique durant la Seconde Guerre mondiale et met en relief le traitement immonde d’une population écrasée par l’idéologie stalinienne. Inspiré de témoignages réels, le roman adopte le point de vue d’une Lituanienne de quinze ans. La narration sensible de l’héroïne, frondeuse et talentueuse, révèle les forces et les fragilités de personnages nuancés et touchants qui font preuve de solidarité même dans les pires conditions de vie. De brefs retours en arrière présentent des instantanés du passé de l’héroïne, donnant vie au climat familial d’avant la terreur.»  www.livresouverts.qc.ca

 

 Appréciation

Roman très intéressant à faire découvrir aux élèves. Étant donné la longueur du roman et la présence de scènes particulièrement cruelles, un accompagnement soutenant la compréhension du contexte et des évènements est nécessaire.  Le point de vue de la narratrice permet d’entrer dans son monde, d’imaginer ce qu’elle ressent à travers toutes ces épreuves. On sent le froid, on sent la faim avec elle. On a l’impression d’être là, dans ce camp de travail, jour après jour.

 

Pistes d’exploitation

Les technologies permettent de documenter le contexte historique de ce texte.  Par exemple, Google Earth pourrait servir à suivre les traces de l’héroïne et de sa famille tout au long de leur déportation.  Le Web offre des archives et de la documentation à propos de ces évènements moins connus ici en Amérique.  De plus, suite à la lecture de certains passages, les élèves pourraient découvrir l’œuvre du peintre Munch.

En résumé, je crois qu’avec le support de l’enseignant, les élèves apprendraient beaucoup par cette lecture historique.

Cet ouvrage est récipiendaire du Prix des libraires 2012, catégorie Jeunesse hors Québec.

Bonne lecture,

Marie-Eve Fournier, conseillère pédagogique de français au secondaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *