Roman ado – Écrire le mal

Écrire le mal

Champagne, Claude. 2014. Écrire le mal. Éditions Druide.

Genre : roman
Clientèle suggérée : 2ième cycle du secondaire

Résumé de l’éditeur

Je n’avais pas écrit un seul mot ou presque depuis la disparition de ma fille, ni même déjà tenu un journal de ma vie. Pourtant, me voici ce soir à rédiger ces lignes, comme mon père avant de mourir. Après les événements d’aujourd’hui, ça a été plus fort que moi.

Ainsi débute le journal d’une enquête menée par Jean Royer, un écrivain qui vient d’hériter de la petite agence de détectives privés de son père. Alors qu’il s’apprêtait à annoncer aux deux employés sa décision de vendre l’entreprise, une vieille femme est arrivée en larmes : on avait tué son chien. Sur les lieux du « crime », Jean Royer découvre ce qu’il appelle un camp de vacances pour futurs tueurs en série. À partir de ce moment, connaitre l’identité du malade qui a perpétré ces atrocités l’obsède. Serait-ce un semblable désaxé qui, six ans plus tôt, a enlevé sa fille jamais retrouvée ? Cette fois, il a peut-être les moyens de remonter jusqu’au coupable. En s’approchant de la vérité, Jean Royer s’enfonce dans les méandres de l’âme humaine, d’où surgissent d’anciennes mais vives blessures.

Appréciation

Je vous conseille fortement de lire le polar québécois Écrire le mal de Claude Champagne. Dans ce livre, notre « Sherlock Holmes » en herbe est un écrivain déprimé qui n’a pas écrit une seule ligne depuis des années. Fasciné par l’étrangeté et la cruauté du crime auquel il sera confronté – des d’animaux mutilés et exposés dans le parc d’un quartier paisible – le personnage principal se transforme en enquêteur. Aidé d’un ami policier, il vivra des aventures tellement exceptionnelles et effrayantes que pour garder la tête froide, il écrira le journal de son enquête.

Les chapitres courts de ce thriller psychologique gardent le lecteur en haleine du début à la fin. Nous lisons le journal de l’enquête de Jean Royer, notre personnage principal. Cette formule maintient le suspense par la description au jour le jour des nombreux rebondissements de l’enquête. La forme ressemble aussi parfois au journal intime puisque l’enquête de l’écrivain se mêle à sa vie personnelle et l’entraîne dans une quête obsédante pour connaître la vérité au sujet de la disparition de sa fille.

Des extraits d’une typographie différente sont insérés entre les pages du journal d’enquête. C’est qu’au cours de son enquête, il a réussi à mettre la main sur le journal intime du tueur qu’il recherche. Ces passages au langage cru nous permettent d’entrevoir la rage et le raisonnement malsain d’un individu qui prend plaisir à faire le mal. D’autres passages proviennent du journal d’enquête du père de Jean Royer, ancien directeur d’une agence de détectives. Certaines pages relatent même des événements de la vie personnelle de Claude Champagne lui-même. Il aborde rapidement la distance qui le sépare de sa propre fille et qui le fait souffrir. Ces différents extraits insérés au journal de Jean Royer donnent de la profondeur à l’intrigue en nous faisant voir le point de vue à la fois des victimes et des agresseurs.

– Rédigé par Julie Hermann, bibliothécaire au secondaire, CSSH

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *