Roman ado – Eleanor & Park

Eleanor_Park

Rowell, Rainbow. 2014. Eleanor & Park. Pocket Jeunesse. 378 p.

Genre : roman
Clientèle suggérée : Tous les cycles du secondaire

Résumé de l’éditeur

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.

Appréciation

À première vue, la trame narrative d’Eleanor & Park n’a rien d’exceptionnel ou d’original. Une histoire d’amour entre deux adolescents un peu marginaux. Une histoire d’intimidation. Pourtant, ce roman éclipse toute impression de déjà-vu. Comme l’écrit John Green dans sa critique publiée dans le New York Times : «Eleanor & Park me rappelle ce qu’est être fou amoureux d’une fille et fou amoureux d’un livre!» Bref, c’est la finesse, la précision, la sensibilité, la richesse des observations et aussi l’humour de ce premier roman de l’auteur Rainbow Rowell qui m’ont complètement emballée au cours de cette lecture.

Eleanor est nouvelle dans cette ville. Park, un jeune asiatique passionné de musique et de comics, accepte presque à contrecœur de partager la banquette de l’autobus scolaire avec cette jeune fille rousse aux goûts vestimentaires particuliers. Au départ, ils ne s’adressent jamais la parole. Tranquillement, Park s’aperçoit qu’Eleanor lit ses bandes dessinées par-dessus son épaule. Il les lui prête. Bientôt, ils se tiennent la main ou écoutent de la musique ensemble. Cet amour naissant est un baume dans la vie d’Eleanor puisqu’elle vit des difficultés sérieuses à la fois à la maison et à l’école.

Les courts chapitres alternent entre l’expérience d’Eleanor et celle de Park, ce qui permet de bien représenter non seulement l’évolution de leurs sentiments, mais aussi leurs différences de perceptions autour des mêmes événements. On s’attache aux personnages, les jeunes adolescents comme leurs parents, parce qu’ils sont admirablement décrits.

Le roman prend des allures de Roméo et Juliette moderne lorsqu’on comprend que leur amour sera impossible. Comme l’écrit John Green, tout roman d’amour a des obstacles. Mais dans Eleanor & Park, l’obstacle c’est simplement le monde ou la vie.

– Julie Hermann, bibliothécaire, CSSH

Green, John. 8 mars 2013. « Two against the world : Eleanor & Park by Rainbow Rowell. » New York Times. http://www.nytimes.com/2013/03/10/books/review/eleanor-park-by-rainbow-rowell.html?_r=0

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *