Roman ado – Nouvelle-Orléans

nouvelle-orleans

Bouchard, Camille. 2016. Nouvelle-Orléans. Québec Amérique (200 pages)

Genre : roman historique
Clientèle suggérée : 2e cycle du secondaire

Résumé de l’éditeur

La Nouvelle-Orléans, 1842. Là où se retrouvent à la fois esclavage, vaudou et psychose meurtrière.

Avec ses copains, Napoléon est musicien dans les casinos… où il tabasse les clients à la sortie. Du moins, c’est la vie de l’adolescent jusqu’au jour où il croise Marinette Amande, jolie prostituée, chasseuse de primes à ses heures, experte du poignard si nécessaire… et grande prêtresse vaudou malgré elle.

Leur destin les mettra en présence de la richissime veuve Duromarin, éminente personnalité louisianaise, hôtesse des plus grandes réceptions et du gratin de la ville… mais aussi la plus secrète, la plus sournoise et la plus terrible psychopathe de l’histoire des jeunes États-Unis d’Amérique.

Appréciation

En cette journée de l’Halloween, je vous présente Nouvelle-Orléans, qui est un roman unique en son genre. Mêlant histoire et scènes d’horreur, ce roman saura accrocher les lecteurs réticents. Bien qu’il soit assez court (200 pages), vous n’en sortirez pas indifférents. Certains passages mettant en scène la veuve Duromarin sont franchement terrifiants et dégoûtants. Attention aux cœurs sensibles!

Ce roman est beaucoup plus qu’une histoire à vous glacer le sang. On en apprend beaucoup sur le contexte historique de l’époque et c’est très bien présenté. On comprend bien les conditions des Noirs à cette époque, et les tensions entourant les relations entre Blancs et Noirs. D’ailleurs, plusieurs notes de bas de page viennent compléter les informations historiques. En sachant qu’il s’inspire de faits réels, et que la veuve Duromarin a véritablement existé, la lecture de ce roman est encore plus troublante.

La plume de Camille Bouchard est toujours aussi efficace, et le vocabulaire est très riche. Le genre historique n’étant pas le plus populaire auprès des adolescents, ce roman ouvre une porte sur ce genre littéraire, et pourrait donner le goût d’en savoir plus sur l’esclavagisme et les conditions des Noirs de l’époque.

D’autres romans en lien avec le racisme, l’esclavage et les conditions des Noirs :

  • Dhôtel, Gérard. 2014. Victor Schoelcher : non à l’esclavage. Actes Sud Junior (78 pages)
  • Heurtier, Annelise. 2011. Sweet Sixteen. Castelman (217 pages)
  • Hill, Lawrence. Aminata . Pleine Lune (565 pages)
  • 2008. Rosa Parks : non à la discrimination raciale. Actes Sud Junior (93 pages).

En lice pour le Prix des libraires jeunesse 2017.

– Mélina Doyon, bibliothécaire au secondaire, CSSH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *