Roman – Madame Pamplemousse et ses Fabuleux Délices

madamepamplemousse

Kingfisher, Rupert. 2012. Madame Pamplemousse et ses Fabuleux Délices. Éditions Albin Michel Jeunesse, Paris, 126 p.

Genre : roman

Clientèle suggérée : fin du deuxième cycle et troisième cycle du primaire

 

Résumé de l’éditeur 

Madame Pamplemousse est l’histoire de Madeleine, forcée de travailler chaque été dans l’immonde restaurant Le Cochon Hurleur de son détestable oncle, Monsieur Lard. Bien qu’elle soit une excellente cuisinière, là-bas, Madeleine a seulement le droit de faire la plonge. Mais un jour elle découvre par hasard le plus merveilleux des magasins : tenu par Madame Pamplemousse, cet endroit paisible, discret, est rempli de mets extraordinaires venus d’un autre monde – salami de Minotaure, bacon de ptérodactyle, etc. Découvrant la boutique et l’excellence de ses produits, Monsieur Lard oblige Madeleine à espionner Madame Pamplemousse pour lui voler ses secrets et faire ainsi du Cochon Hurleur le restaurant le plus prisé de Paris. Mais l’amitié qui naît entre Madeleine, Madame Pamplemousse et son drôle de chat Camembert, pourrait bien contrecarrer ses projets.

Appréciation 

Ce qui m’a d’abord marquée, à la lecture de cette oeuvre, est la quantité impressionnante d’adjectifs qui s’y retrouvent. Ceux-ci apportent odeurs, saveurs, couleurs, textures et formes aux noms utilisés dans l‘univers si délicieusement gastronomique de ce roman jeunesse. Grâce à ces adjectifs, on arrive à gouter, à humer, à voir et à toucher les plats cuisinés comme si on y était.

Aussi, l’auteur a su, par d’efficaces descriptions des lieux, nous transporter tantôt dans les ruelles étroites de Paris, tantôt dans un restaurant réputé, tantôt dans une boutique mystérieuse. Là encore, la présence d’adjectifs est remarquable et nous permet de nous faire notre propre représentation de ces endroits, et ce, en toute complémentarité avec les fines illustrations réalisées par Sue Hellard.

Les personnages décrits par Rupert Kingfisher sont bien circonscrits, nous entrainent dans l’univers magique et intrigant du roman et sont assez stéréotypés. Ainsi, on se plait à se prendre d’affection pour l’adorable et courageuse Madeleine, à détester son oncle M. Lard et à se soumettre au mystère entourant Mme Pamplemousse accompagnée de son fidèle mais ténébreux chat Camembert.

Finalement, la lecture de ce roman par ma fille de 9 ans m’aura couté les deux autres tomes : Madame Pamplemousse et le Café à Remonter le Temps et Madame Pamplemousse et la Confiserie Enchantée.  Une bien délectable dépense, me direz-vous !

Pistes d’exploitation 

  • Dresser le portrait de chacun des personnages en identifiant leurs caractéristiques physiques et leurs traits de caractère. Établir des liens entre chacun d’eux et déterminer leur rôle respectif dans le déroulement de l’intrigue.
  • Faire écrire l’épilogue par les élèves avant de leur en faire la lecture. Leur demander de tenir compte des caractéristiques de chacun des personnages et de l’aboutissement de l’intrigue.
  • Observer la richesse du lexique, entre autres la grande variété et la précision des adjectifs, et réfléchir à son effet sur le lecteur. Bâtir des cartes thématiques à partir de ces mots et demander aux élèves de réinvestir leur contenu dans une situation d’écriture. Par exemple, insérer une description d’un lieu dans un texte en y incluant des adjectifs.

Julie Bessette, conseillère pédagogique de français à la CSSH

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *